Heures d'ouverture
Jeudi, Vendredi, de 14h15 à 18h
Samedi de 10h30 à 16h30
Dimanche fermé

La Galerie Cathédrale offre toute l'année des oeuvres de particuliers à des prix attractifs. Découvrez le concept sur ce reportage de la RTS.

Secondary Market
Monique Durussel - La Liberté du 30.07.2015

Monique Durussel – La Liberté du 30.07.2015

 

Le Secondary Market, le nouveau service mis en place par la galerie en 2014 pour ceux qui souhaitent se séparer de leurs oeuvres d’art et les mettre à nouveau sur le marché.flyer-secondary-market

 

Le travail de création ne demande qu’à poursuivre son chemin.

Un nouveau cadre, un nettoyage de l’œuvre seront parfois nécessaires.

Oeuvres en vente actuellement
Rwanda

Enfant, Pascal Bushhayija devait dessiner en secret pour ne pas être puni. C’est en faisant preuve de détermination et de ruse qu’il a été admis à l’école d’art de Nyundo dont il est ressorti diplômé. Il y enseignera par la suite une dizaine d’années avant de se consacrer entièrement à la création. Il est aujourd’hui un peintre majeur de son pays. Il a fait son chemin alors que l’art ne bénéficiait d’aucune reconnaissance et ne permettait aucunement à l’artiste d’en vivre.

Pascal Bushayija peint la vie quotidienne dans son pays avec les moyens que la nature lui offre: la sciure du bois rouge (ribuyu), la sciure du bois blanc (Umusave), la feuille du ficus. Son identité de peintre est intimement liée à ses racines, tandis que les thèmes traduisent les valeurs universelles telle que la solidarité, l’aide, l’unité, l’harmonie.

Pascal Bushayija (1957) vit et travaille à Kigali au Rwanda. Il a exposé dans différents pays africains ainsi qu’en Europe.

http://www.rts.ch/play/tv/12h45/video/pascal-bushayija-expose-une-cinquantaine-duvres-a-fribourg?id=7883802

En reprenant le lien ci-dessus, vous pouvez visionner le reportage réalisé par Joëlle Rebetez et diffusé par la TSR 1 le dimanche 17 juillet 2016, dans le TJ de 12.45h.: Pascal Bushayija est le fer de lance du mouvement artistique rwandais.

Grands formats

 

Formats en 70 ou 80 / 50 cm

Petits formats 45/30 cm

peinture sous verre

Teofilia Juravle (1976) est née à Bucarest en Roumanie. Elle possède une formation d’ingénieur et d’économiste. En 2003, elle suit deux années de cours de peinture sous verre à l’école d’art populaire de Bucarest. Elle est récompensée dès 2004 pour l’une de ses œuvres. Elle crée alors sa propre ligne appelée « T.I. ! ». Ce nom fait référence à ses initiales mais aussi au roumain « te iubesc » qui signifie « je t’aime ». En effet, elle s’inspire de tout ce qu’elle aime : sa famille, la nature, les petites choses qui font le bonheur de la vie.
La technique de cette peinture consiste à peindre sur le dos du verre, en commençant par les détails et en terminant par le fond. Cette démarche  demande un grand savoir-faire car il faut tenir compte de l’effet miroir.
Les créations de Teofilia Juravle appartiennent à un monde imaginaire et poétique. Rien d’étonnant puisque l’artiste réfléchit à ses compositions surtout la nuit et s’inspire parfois de ses rêves.

Sculptures
Djemal Charni (Paris-1958) est sculpteur professionnel.
Il a depuis 2002 son atelier « strates verticales » dans l’ancienne chocolaterie Villars, à Fribourg. Il commence par sculpter la pierre à Paris et poursuit cette activité à plein temps lorsqu’il arrive en Suisse en 1984. C’est la rencontre avec le bois qui lui permet de réaliser en 2001, après concours, la Vierge ouvrante de Cheyres. Il expérimente aussi le cuivre, le fer.
Les créations de Djemal Charni peuvent être abstraites ou figuratives, avec un penchant, dans ce dernier domaine, pour la représentation de personnages : le clown, l’accordéoniste, la danseuse…. Il prend un soin particulier, à donner un mouvement, à la fois élégant et plein de douceur, à leur vêtement. Il aime soigner les détails en portant une attention au col ou aux plis de la robe, du pantalon. C’est sans doute en travaillant pour le théâtre, par la création de décors et de costumes, qu’il a développé sa mise en scène du vêtement.
Les dernières œuvres de Djemal Charni, dévoilent un artiste doué d’une forte identité accumulée par la somme des expériences. Son travail devient unique en ce sens qu’il a une capacité à allier les différents matériaux entre eux et à en proposer toujours de nouveaux, et pas de la manière la plus facile : il ne craint pas d’associer fer galvanisé et collants ou toile d’aluminium.
Aujourd’hui Djemal Charni est un artiste expérimenté, habité par une capacité créatrice à la fois forte et surprenante, un homme passionné par l’humain. Il a toujours veillé, dans son parcours de vie, à préserver sa liberté, pour être à l’écoute de cet appel à la création.
Si les créations de Djemal Charni nous touchent autant, c’est sans doute parce que l’artiste est capable de leur insuffler sa grandeur d’âme.
L’artiste vit et travaille à Fribourg.

George Sorin Purcaru (1971 – Roumanie) a grandi dans la ville de Galati, port danubien. Il a accompli son cursus universitaire – diplôme en 2001 et master en 2003 – à l’université « George Enescu », section sculpture, à Iasi, en obtenant en 2012 un doctorat en art plastic (Doctor în arte plastice și decorative). Il enseigne actuellement dans cette université.
George Sorin Purcaru travaille le bronze et l’acier, en petite, grande et monumentale dimension.

Grands Formats
Artistes contemporains
Xiaoyang Galas (1973) est née à Chengdu en Chine. A exposé à la galerie du 21 novembre au 21 décembre 2014
Elle a étudié la peinture puis l’histoire de l’art chinois  dans sa ville natale. 
Dans ses créations, elle mêle l’acrylique, la peinture à l’huile, les collages de tissus et de végétaux avec un effet de simplicité recherché. L’artiste tente de réunir l’Orient et l’Occident en ajoutant à ses toiles des textes en chinois et en anglais. Ses œuvres sont colorées, gaies; couleurs douces et acides s’y côtoient agréablement .
Xiaoyang Galas cherche à transmettre un message d’amour. Elle souhaite que son art soit une contribution à la beauté du monde et un message de paix. 
Elle vit et travaille en France
Vadim Stolyarov (Russie – 1969)  a exposé à la galerie du 6 au 27 mai 2017
A partir de 2012, la peinture au couteau devient son unique mode d’expression. C’est la technique qui lui permet le mieux d’exprimer ses émotions.
L’artiste aime la nature et cherche à la représenter comme il la ressent.
Il s’explique ainsi : je ne peins pas en plein air. J’ai besoin d’étudier la nature attentivement et de la garder dans ma mémoire. Ensuite, je transcris sur la toile mon souvenir. Ainsi tous les petits détails dont nous n’avons pas vraiment besoin disparaîtront. Ce procédé apporte à ma peinture plus d’émotions, de nuances, de saisissement.
L’art haïtien: 100 oeuvres et plus de 40 artistes
100 œuvres, de plus de 40 artistes différents, sont proposés à la galerie !
Le paysage artistique haïtien est varié : les Pionniers qui ont inscrit la peinture populaire sur la carte culturelle mondiale ; les Naïfs proprement dits qui poursuivent la tradition ; les Modernes, portraitistes de grand talent, les Esthètes, tous issus de l’Académie des Beaux-Arts de Port-au-Prince, les icônes du mouvement Saint Soleil, une expérience dynamique de village culturel célébré par André Malraux; les maîtres de la tradition vodou et les sculpteurs !
La richesse de l’art haïtien a été mise en valeur par le Centre d’art de Port-au-Prince, fondé en 1944, pour accompagner les artistes de toutes tendances, les autodidactes y occupant une place de choix.
André Breton visite Haïti avec Wifredo Lam en 1945. René d’Harnoncourt, directeur du MOMA, se rend en Haïti et achète des oeuvres du Centre d’art pour le musée. Son ami Nelson Rockefeller en fait autant. Plus tard André Malraux, alors ministre de la culture, fera la renommée des peintres de Saint Soleil.
 Le Centre d’art, endommagé suite au terrible séisme de 2010, a reçu un soutien grâce à l’exceptionnelle vente aux enchères organisée à Paris en octobre 2017.
 Les œuvres en vente à la galerie poursuivent un but analogue : terminer les travaux de reconstruction de la clinique dentaire à Carrefour, dans la périphérie de Port-au-Prince, dont la gestion a été confiée à Michel Lebrun, médecin dentiste d’origine haïtienne, résidant à Matran (FR). Elle permet à une large frange de la population défavorisée de bénéficier de soins dentaires de très bonne qualité et de mettre en place un programme de prévention de la carie dentaire dans des écoles de la région. Elle emploie 11 personnes qui ont ainsi un gagne-pain.
catalogue de la maison de vente Piasa du 19 octobre 2017 : Haïti : l’exception artistique  Art Haïtien, de 1940 à nos jours

LES PIONNIERS:

LES NAÏFS

LE MOUVEMENT SAINT SOLEIL AVEC LEVOY EXIL

LE VAUDOU

 

PASKO: peintre de l’hybride – « Rétablir l’harmonie entre homme et nature est mon propos. »

CASIMIR – HILOME JOSE – FENEL

LES PORTRAITISTES 

 

 

SCÈNES URBAINES

« ABSTRACTION »

 SERGE DELVA

NATURES MORTES

 

Petits formats

Nus
Raimundo Lopez (1959),  a étudié l’histoire de l’art à l’université de la Havane et la peinture à l’Academie nationale des Beaux-Arts de San Alejandro, centre de formation créé en 1818 à la Havane.
Il a son atelier dans la célèbre rue « Obispo » de la capitale.
Artistes FRIBOURG
Cottet Charles-Danse Tango-1986-40x40cm-Fr.1'200.-

Cottet Charles-Danse Tango-1986-40x40cm-Fr.1’200.-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

paysages de Gruyères
estampe multiple