Heures d'ouverture
Jeudi, Vendredi, de 14h15 à 18h
Samedi de 10h30 à 16h30
Dimanche fermé

La Galerie Cathédrale offre toute l'année des oeuvres de particuliers à des prix attractifs. Découvrez le concept sur ce reportage de la RTS.

Secondary Market
Dans le premier marché, vous achetez une oeuvre en galerie ou à l’artiste lui-même.
Le deuxième marché est celui des ventes aux enchères, celui où les ventes peuvent atteindre des sommes astronomiques en faisant croire que l’art se situe uniquement à ce niveau-là!
En 2014, la galerie a commencé à mettre en place le service du deuxième marché. Elle propose des oeuvres d’artistes fribourgeois et étrangers, anciens ou contemporains.
Que vous achetiez dans le premier ou le deuxième marché, achetez parce que vous aimez.
La première valeur d’une oeuvre d’art est spirituelle. Elle a pour but de redonner souffle, sans considération de la valeur esthétique. L’art sous toutes ses formes est aussi essentiel que le souffle!
La valeur financière des oeuvres, aujourd’hui, dans le deuxième marché est en général (bien) inférieure au prix payé dans le premier marché, à l’exception du marché « spéculatif »
Il existe des sites qui répertorient toutes les ventes du deuxième marché, ce qui donne des indications sur la côte d’un artiste, lesquelles devront être affinées en fonction de l’oeuvre, de son état, de la période de création, du pays où elle est proposée à la vente…..
Le deuxième marché est très attractif en ce moment
C’est un temps pour exercer son œil, oser faire des choix – ce qui me fait du Bien – et acheter sans grand risque!
 
 

 

Oeuvres en vente actuellement
la montagne

Fribourg

Florian Campiche (1910 Ste Croix-2002 Payerne) peintre et cinéaste

Nus

Raimundo Lopez, (1959) Cuba, a étudié l’histoire de l’art à la Havane et la peinture  l’Academia de San Alejandro

RURIK

L’artiste considéra toujours son travail comme une véritable recherche picturale, préférant au mot « abstrait » le mot « non-figuratif » pour qualifier sa voie, une histoire à raconter où il est question de couleurs et de formes. Rurik travaille le plus souvent à l’huile, car il aime, dit-il, « la volatilité de son solvant, l’essence ». Par périodes successives, il aime à peindre avec la lumière du papier et, notamment, le lâché prise de l’aquarelle.

A son prénom – et nom de peintre -, Rurik a préféré ne pas accoler son nom de famille, histoire qu’il n’y est pas confusion ! Né en 1960 à Dieudonné (Oise), Rurik a toujours baigné dans une atmosphère artistique. Sa mère, d’abord comédienne et actrice reconnue, collaborera à l’ORTF en tant que réalisatrice, son père, Pierre Dmitrienko, est le peintre d’origine russe que l’on sait. Encore enfant, Rurik se souvient d’un voyage en Espagne avec ses parents, du Musée du Prado en particulier et d’un triptyque de Jérôme Bosch qu’il retournera voir avec émotion bien des années plus tard.
Son père y ayant son atelier, le jeune garçon passera quasiment toute sa jeunesse dans le quartier Bastille (Paris). Rurik fera naturellement ses études aux Beaux-Arts de Paris. Il a 19 ans lorsqu’une première exposition personnelle lui est consacré (Galerie de la Cité, Luxembourg). Il exposera désormais régulièrement dans des expositions personnelles (France, Etats-Unis, Italie, Suisse) et dans des expositions collectives en France et à l’étranger. Le jeune artiste reçoit le prix Lubiam (Mantoue, Italie) en 1980, puis le prix Fénéon (Paris) en 1983.
Cette même année (1983), et pour deux ans, il est résident de la Villa Médicis, l’Académie de France de Rome. Rurik peint, expérimente ; l’artiste considéra toujours son travail comme une véritable recherche picturale, préférant au mot « abstrait » le mot « non-figuratif » pour qualifier sa voie, une histoire à raconter où il est question de couleurs et de formes. Rurik travaille le plus souvent à l’huile, car il aime, dit-il, « la volatilité de son solvant, l’essence ». Par périodes successives, il aime à peindre avec la lumière du papier et, notamment, le lâché prise de l’aquarelle.
Parallèlement à sa propre vie artistique, Rurik mène un travail approfondi sur l’œuvre de Pierre Dmitrienko, son père ; il a, entre autre, pour projet de réaliser le catalogue raisonné de l’œuvre complet de ce dernier.
Rurik vit et travaille à Aubervilliers, dans la banlieue nord de Paris ; un immense atelier, ancienne partie d’une usine, lui donne le luxe de l’espace dont il a besoin pour peindre, rêver, tout simplement pour vivre. Pour notre part, il nous semble que l’art de Rurik, sans rien renier du passé – bien au contraire -, a su se mettre à distance de la propre filiation de l’homme qui la met en place, avec patience et courage, pierre à pierre, pied à pied.

Dominko

Dominko (1932) Ljubljana, a exposé à différentes reprises à la galerie de la Cathédrale, notamment en 1977.

Reichlen J.-J – Brühlart H. – Clément M. – Peyraud F.-C – Reydmond J.

Joseph Reichlen (1846-1913)

Né à la Tour-de-Trême, il a dès son plus jeune âge aimé la Gruyère qui devient sa source d’inspiration. A 16 ans, grâce à un emprunt, il part un an étudier le dessin et l’aquarelle à Stuttgart et y retourne en 1871. En 1884, date de son installation définitive à Fribourg, il est reçu à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il séjourne ensuite à Rome et perfectionne sa maîtrise de l’aquarelle à la villa Medicis (1879). Un de ses portraits est reçu à Paris au Salon de 1883.

Son activité artistique est intense, avec de nombreux portraits, sujets religieux et sites fribourgeois. Nombre de ses œuvres sont au MAHF (renseignements tirés des peintres fribourgeois)

Max Clément est né en 1912 à Mühletal près de Schmitten dans le canton de Fribourg et meurt à Tavel en 1995. Il fut formé au Technicum de Fribourg. Il peint la campagne fribourgeoise. En plus de ses qualités artistiques, son oeuvre représente aujourd’hui un intéressant témoignage historique de nos régions.

Peyraud, Frank Charles naît à Bulle le 1er juin 1858 et décède en 1948 à Higland Park (USA). C’est un paysagiste qui connaît une belle réputation en Illinois  et qui est toujours intacte aujourd’hui (cf C. Flubacher, les peintres fribourgeois)

John Redmond est un peintre américain qui s’est installé à Gruyères en 1913

les multiples

Artistes fribourgeois ou liés à Fribourg (anciens):

  • Baeriswil Bruno (1941-1996)
  • Bohnenblust Roger (1929 – 1979)
  • Garopesani Ferrucio (1914-1985)
  • Tinguely Jean-Lou (1937 -2002)
  • Yoki (1922 -2012)

 

Artistes contemporains

  • Humbert Jean-Pierre
  • Ruffieux Nicolas
  • Schwaller Jean-Marc

Artistes suisses

 

GRIGORESCU – GIACOMETTI

. A vendre une oeuvre exceptionnelle de l’artiste roumain

Nicolas Jon GRIGORESCU (1838-1907)

C’est une oeuvre – huile sur toile  (56 x 108 cm) – avec le cadre d’origine, qui a pour thème le retour de la foire avec les célèbres chars à bœufs.

Cette oeuvre a été réalisée peu avant la mort de l’artiste. Elle est restée dans la même famille (héritage).

Dossier sur demande :+41 79 706 36 01  /  info@galerie-cathedrale.ch 

 

Ci-dessous, deux oeuvres qui méritent une attention:

  • un Christ en croix de la fin du XVIIe s, dans son cadre original qui vient d’être restauré.

  • une aquarelle de l’artiste Ottilia Giacometti (sœur de Alberto Giacometti)

 

Les trois frères Giacometti ont une sœur, Ottilia, morte en couches en 1937.
Le père, Giovanni Giacometti, meurt à Glion le 26 juin 1933.
L’œuvre représente les Dents du Midi depuis Huémoz sur Ollon. Elle a été peinte, par Ottilia depuis la pension où résident Giacometti père et fille

PHOTOGRAPHIE : Denise Favre Chatagny

Denise Favre Chatagny, sociologue et anthropologue, a séjourné deux ans à Madagascar pour son livre, le captage à Madagascar (en vente à la Fnac). C’était un travail de terrain visant à étudier une pratique de guérison dans l’islam. Cela impliquait de partager le quotidien des défavorisés.

Pour résister aux conditions matérielles éprouvantes et ne pas abandonner son objectif, elle a eu l’heureuse idée de se servir de son objectif photographique. 

Sa capacité à montrer, sans heurter notre sensibilité de nantis prompt à détourner notre regard, une réalité insoutenable, fait de Denise Favre Chatagny, une photographe de grande classe.

Avec son mari Samuel Favre, ils ont créé SADE photo – www.sadephoto.net 

 

Denise Favre Chatagny – LE GARÇON ORANGE-40×60 ILFORD TEXTURÉ MAT – Fr. 150.-

Choose Humanity_vente aux enchères_oeuvres restantes à la galerie Cathédrale

Des artistes reconnus ont fait don d’une de leurs œuvres pour soutenir l’association Choosehumanity, engagée depuis avril 2016 pour soutenir les réfugiés de Chios et Samos en Grèce.

La vente de ces œuvres a d’ores et déjà permis de financer des produits de première nécessité (nourriture, médicaments, langes), d’acquérir des jeux de stimulation pour les nourrissons, et d’engager des physiothérapeutes pour des suivis individualisés. Mais aussi et surtout de restituer aux réfugiés un statut « d’être humain » dans une relation égalitaire et respectueuse.

Le produit des ventes de ces œuvres, tout comme l’intégralité des dons reçus, sont utilisés pour financer les projets. Tous les bénévoles engagés dans l’association prennent en charge leurs frais de déplacement et de logement.

Dix œuvres sont aujourd’hui en vente par l’intermédiaire de la Galerie de la Cathédrale qui ainsi soutient Choosehumanity.

Deux oeuvres ont été vendues……

Vidéo à visionner…     http://choosehumanity.ch/pas-de-mots-des-images/  

L'illustré: Une rose accordée à Mary Wenker, pourson association Choosehumanity

L’iIllustré: Une rose accordée à Mary Wenker, pour son association Choosehumanity